Skip to content

Catégorie : Relectures symboliques

Les conditions du monde futur

selon l’évangile de Thomas « Et Yeshoua leur dit : en faisant le deux un et le dedans comme le dehors, et le dehors comme le dedans, et ce qui est au-dessus comme ce qui est en-dessous, et en faisant le mâle et la femelle un, pour que le mâle ne soit plus le mâle et la femelle ne soit plus la femelle, (…) vous entrerez dans le royaume. » (loggion 22). Le « royaume » dans la culture hébraïque qui était celle de Jésus, n’est pas une notion éthérée de paradis céleste mais un projet pour une refondation de la société humaine qui n’est pas loin pour moi de ce que j’ai appelé le « monde futur » du vivre en commun. Le verbe « faire », assa, en hébreu, qui était la langue que parlait Yeshoua, peut également signifier « accomplir », et c’est cette traduction que je trouve plus juste : accomplir le deux (comme un), qui serait le…

Le Coran et les femmes

Par Pierre Trigano Les intégristes islamistes qui verrouillent le texte du Coran dans une compréhension figée depuis plusieurs siècles s’appuient sur deux de ses versets pour reléguer jusqu’à aujourd’hui les femmes à une pénible condition d’infériorité  en terre d’islam. Il est possible cependant de reprendre aujourd’hui ces textes et d’opérer un retournement libérateur de leur sens Laissez-vous labourer « Vos femmes sont pour vous un labour. Allez à votre labour comme vous le voulez. Progressez en vos personnes. Frémissez d’Allah. Sachez-le : vous le rencontrerez ! Annonce-le aux adhérents » (2, 223). Nous utilisons la traduction du Coran d’André Chouraqui. La métaphore du labour est le plus souvent comprise sexuellement : l’homme pourrait aller comme il veut à sa terre que serait sa femme pour la féconder. Celle-ci semblerait ne pas avoir voix au chapitre. Elle appartiendrait à son époux comme une propriété privée dont il pourrait disposer comme il voudrait. Le…

Donner voix à l’islam de non-violence

Retour sur l’attentat de Nice, 14 juillet 2016 Par Pierre Trigano Un détail en apparence insignifiant a tout de suite attiré mon attention dans l’horreur de l’attentat de Nice. C’est au volant d’un camion de 19 tonnes que le terroriste s’est follement et impitoyablement jeté sur une foule d’innocents. Immédiatement m’est venu en tête que 19 était la valeur numérique du nom ABEL en hébreu, selon l’ordre des valeurs par rang des lettres dans l’alphabet hébraïque. Il est en effet composé des lettres Hé (5ième lettre de l’alphabet), Beït (2ième lettre), et Lamed (12ième lettre) : 5+2+12 = 19. La racine d’Abel L’histoire biblique des 2 fils d’Adam, Caïn et Abel, à l’origine de la violence fratricide dans l’humanité, est relatée de manière très belle dans le Coran (sourate 5, 27-34, traduction Denise Masson) : « Ils offrirent chacun un sacrifice. Celui du premier fut agréé, celui de l’autre ne fut pas accepté.…